Qu’est-ce que le stress ?

Le stress est un phénomène. C’est une tentative d’adaptation à une situation qui échappe à notre contrôle. La tentative pour s’adapter à la situation va être bloquée par l’incapacité à mobiliser toutes nos ressources sur le moment qui va générer un état de mal-être qui peut aller jusqu’à la paralysie en nous empêchant d’intégrer tous les éléments présents à notre conscience. Le principe de réalité objective nous rappelle qu’au moment où l’on rencontre la situation, la qualité de conscience du sujet est déterminante, en premier lieu prise de conscience de de ce qui se passe en moi, puis prise de conscience entre moi et la situation et enfin de quelle manière j’interviens sur moi et sur la situation pour nous adapter et reprendre le contrôle.

À partir de ce moment-là, deux possibilités se présentent :

  1. La personne parvient à s’adapter. Nous sommes là dans le cadre d’un stress dit positif, celui qui est propre à animer toutes les capacités nécessaires à l’adaptation aux conditions de la situation et faire face.
  2. La personne ne réussit pas cette adaptation, c’est-à-dire qu’elle ne parvient pas à intégrer toutes données pour intégrer la situation. Nous sommes là en présence d’un stress négatif dont les conséquences peuvent altérer, de façon plus ou moins grave, les structures de l’Etre.
    – Le corps est vécu en tensions et douleurs
    – L’esprit renforce le doute sur les capacités d’adaptation
    – Le sentiment de soi est troublé
    – Le sujet perd le sens de son existence.

 

Les stresseurs

Cette altération des structures de l’Etre s’accompagne de l’élaboration d’un a priori liant la personne à la situation, sur un mode limitatif : « Je ne peux pas y arriver », « C’est trop dur » etc.

Ce schéma de pensée va bientôt devenir déterminant : lorsque la personne se retrouvera dans une situation identique, sa conscience, au lieu de se mettre en mouvement dans le sens de la rencontre intégrative avec la situation, va s’accorder de façon répétitive et conditionnée avec le schéma de pensée, lequel se renforcera par répétition.

La sophrologie va être un bon indicateur pour apprendre à intégrer ces situations et s’adapter par des techniques simples à mettre œuvre pour retrouver calmer sérénité.

Démarche de résolution de problèmes

ÉtapePhaseConstats et solutions
IReconnaissance de son état de stressJe me sens tendue. Qu’est-ce qui se passe ? retrouver le calme
IIIdentification du problèmeQu’est-ce qui me stresse ? Qu’est-ce que je veux ? prise de conscience de la situation et acceptation de celle-ci
IIIÉlaboration d’alternativesQu’est-ce que je peux faire ? gestion de la tension du corps et processus de réduction pour explorer une nouvelle dimension de la situation
IVConsidération des conséquencesQu’est-ce qui peut m’arriver ? Quels sont les avantages et les inconvénients de chacune ? après l’exploration des possibilités, nouvelle vision du monde avec adaptation à la situation

Les niveaux de stress

Nous avons tendance à traiter le stress plutôt sur le mode neurophysiologique qui reste bien évidemment sa forme visible dans le corps, la première à laquelle s’intéressèrent les scientifiques. C’est ce mode qui justifie pleinement le « retour au corps » des techniques clés et de la Relaxation Dynamique qui travaille principalement sur les tensions du corps. Celles-ci auront pour effet de favoriser un rééquilibrage du système neurovégétatif, particulièrement intéressant lors de stress liés à l’hyperactivité, à un trop d’excitation (adaptation physiologique).

Mais le stress a d’autres conséquences que le simple déséquilibre des fonctions neurovégétatives. Il peut évoluer vers un sentiment d’incapacité, d’impuissance (adaptation psychologique pour laquelle la Relaxation Dynamique de l’esprit est particulièrement indiquée), de menace existentielle dans le sens où il peut atteindre toutes les structures de l’Etre (adaptations existentielles : Relaxation dynamique entre le corps et l’esprit et Relaxation Dynamique à la rencontre des valeurs seront ici tout à fait adaptées).

Nous serons donc amenés à utiliser les techniques de la Sophrologie Caycédienne d’une façon plus large que celle du seul « retour au corps », qui risque de nous enfermer dans une approche sédative dont les effets repérables à court terme ne dureront pas. Ainsi, dans l’entretien préalable, le sophrologue sera particulièrement attentif aux schémas de pensées et aux a priori de la personne afin d’identifier les structures en souffrance.

Témoignages

Une personne a l’écoute bienveillante qui nous accompagne nous oriente sans aucun jugement. Nous libére de ce qui nous semblait être impossible avec ces mots et ces conseils.

Muriel P.

Muriel P.

Je te remercie pour ta bienveillance, ta sensibilité et ton professionnalisme. Tu mets des mots sur les maux, portes un regard nouveau sur la situation et donnes des clefs et des pistes.

Delphine L.

Delphine L.

Grâce aux séances de coaching que Lucien me propose, je me reconstruis. C’est une personne bienveillante et éclairée et tous les conseils qu’il prodigue se sont avérés très utiles dans ma démarche personnelle.

Paul K.

Paul K.

Contact

Pour me joindre